Pendant la grossesse, la femme subit des changements hormonaux qui expliquent les fluctuations d’humeur et des émotions parfois difficiles à gérer et à vivre. De plus la future maman se posent des questions sur son bébé, le bon déroulement de sa grossesse, l’accouchement, la vie avec bébé, ce qui peut générer du stress, des craintes voir des angoisses.

 

Pourquoi les futures mamans ont besoin d’être accompagnées?

Selon l’INPES (institut national de prévention et d’éducation à la santé) les demandes des femmes de préparation sont multiples :

• Pouvoir exprimer leurs angoisses

• Etre à l’écoute de leur corps

• Pratiquer des exercices pour mieux connaître leur corps

• Acquérir les techniques de respiration et détente pour faciliter la naissance

• Accompagner les changements physiques

• Développer confiance en soi

Les séances de préparation traditionnelles par PPO ne répondent pas toujours à ses demandes. La préparation par PPO a pour objectif d’informer sur les mécanismes physiologiques de la grossesse, expliquer le déroulée de l’accouchement et expliquer le suivi médical. Les techniques de respiration de relaxation et de poussées sont axées sur l’utilisation possible le jour de l’accouchement.

 

 

Les différents besoins d’accompagnements:

Si les problématiques rencontrées sont différentes en fonction des périodes, un point commun est l’inquiétude face à un défi auquel les femmes ne sont pas préparées.

La sophrologie permet d’accompagner la femme pendant toutes les étapes de la périnatalité.

 

Dans le contexte d’une infertilité,

pour accompagner la femme dans le souhait de conception et le parcours de PMA.

Les difficultés à avoir un enfant peuvent être d’ordre physiologique et médicale ou psychologique.

Les principales causes de infertilité médicales sont:

-les Perturbations hormonales et les troubles de l’ovulation : L’équilibre hormonal est un facteur essentiel pour la fertilité

Les hormones représentent un facteur essentiel pour la fertilité. Les hormones sont les substances du corps qui régissent une série de processus biologiques. Elles régissent également, pour une grande part, votre physiologie de procréation. Si des perturbations hormonales se développent dans votre corps, cela peut réduire votre fertilité.

-L’endométriose : L’endomètre est une muqueuse qui tapisse l’utérus. L’endomètre s’épaissit chaque mois en vue d’une éventuelle fécondation. Sans fécondation, les couches supérieures de l’endomètre sont évacuées par les règles (menstruations). Mais de l’endomètre peut se trouver ailleurs que dans l’utérus, dans les trompes ou les ovaires, par exemple. On parle alors d’endométriose. Cette endométriose peut interférer avec la fertilité.

-Le dysfonctionnement des ovaires

-Les trompes de Faloppe obstruées

-Des malformations congénitales utérines

-Des tumeurs bénignes

 

L’infertilité  psychologique:

5 et 15 % des cas d’infertilité restent inexpliqués d’un point de vue physiologique.

Quand la cause est psychogène, il peut s’agir d’un problème d’ordre émotionnel. Ces problèmes émotionnels sont souvent la conséquence d’un stress survenu sur une longue période.

Quand nous sommes stressés, notre système dit « d’alerte » est activé et notre système nerveux parasympathique s’affole. Notre organisme détecte une menace et se prépare à la combattre. Au niveau sanguin, cela se traduit par une série de troubles comme la circulation de cortisol dans le flux sanguin, une hormone intervenant dans la gestion du stress. Le cortisol intervient aussi sur nos capacités à procréer. Se sentant menacé,notre organisme interprète ces moments de stress comme une mauvaise période pour concevoir un enfant et comme une action non prioritaire. Par conséquent, notre hypothalamus, région du cerveau qui intervient, entre autres, dans la régulation des cycles menstruels, est perturbé.

Cela peut se traduire par :

  • des périodes d’aménorrhées (absence de règles) qui surviennent en période de stress.
  • Chez les hommes, le stress peut influer sur le nombre de spermatozoïdes et leur mobilité.L’échec à concevoir un enfant peut provoquer une grande souffrance chez les couples et d’autres problèmes comme :
    • L’anxiété: le stress vécu sur une longue période peut faire naître une certaine anxiété à cause du désir d’enfant qui tarde à devenir réalité.
    • La baisse de l’estime de soi : cette situation affecte directement notre auto-estime puisque nous l’interprétons comme un échec dont nous sommes responsables. La culpabilité est grande et l’image que nous avons de nous-même se détériore. Nous considérons que notre corps ne fonctionne pas normalement.
    • le déclenchement d’un processus de deuil: souvent, même sans avoir eu un diagnostic d’infertilité clair, nous initions un processus de deuil d’un enfant que nous n’aurons jamais. Comme si on voulait anticiper ce qui pourrait arriver à l’avenir.
    • L’insomnie : cet état d’alerte permanent fait exploser notre taux d’adrénaline, une hormone qui joue un rôle direct sur le sommeil (qui n’est, dans ce cas, pas réparateur).
    • Les troubles alimentaires: en période de stress, notre organisme peut aussi considérer que l’alimentation n’est pas une priorité. Des troubles alimentaires comme l’anorexie peuvent alors apparaître.
    • La baisse de libido : le stress engendré par le désir d’enfant peut influer sur le désir sexuel. Celui baisse et réduit par conséquent la fréquence des rapports et donc les chances de concevoir.

 

Comment gérer l’infertilité psychologique?

La sophrologie offre de nombreux outils tels que la respiration abdominale, les relaxations dynamiques et les suggestions mentales afin de mieux gérer le stress, les émotions et l’anxiété  Elle permet également de développer la confiance en soi et améliorer le sommeil.

 

Pendant la grossesse

Pour gérer les troubles émotionnels et les transformations corporelles

Votre corps se modifie, vos humeurs et autres symptômes de grossesse vous jouent des tours. Alors quand on envisage l’accouchement il est important de se recentrer sur le petit bout qui est au chaud. En faisant de la relaxation vous vous octroyez à tous les deux un moment privilégié. Dans ces instants là vous donnez comme message à votre bébé : détente et disponibilité. Vous créez alors des moments de complicité qui donnent une bonne dose de courage et d’excitation pour accueillir votre enfant !

La pratique régulière de la relaxation sophrologique est également un excellent moyen pour repousser des idées ou ressentis désagréables.

Pour gérer Les troubles physiologiques :

Nausées, douleurs lombaires, sciatiques, douleurs costales, hémoroides…et pour finir contractions. Le sophrologue travaille avec vous sur  des visualisations personnalisées, qui sont des outils utiles pour détourner la douleur, voir même activer le travail. Notamment en retraçant chaque étape de l’accouchement à venir afin de vous familiariser avec la naissance. Cela vous permet de percevoir votre accouchement avec plus de sérénité et moins d’inconnu.

Le saviez-vous ? Plus on est détendue, moins la douleur est prégnante. La relaxation et la défocalisation sont deux outils complémentaires à la respiration.

Votre meilleure alliée lors des premières contractions jusqu’aux dernières poussées est la RESPIRATION. Mais encore faut-il apprendre à l’utiliser et connaitre les différentes techniques de respiration à mettre en pratique. L’objectif ici est donc d’apprendre à bien utiliser votre souffle en le synchronisant avec votre corps afin que l’intensité des contractions ne vous dépasse pas et soit la plus minime possible.

 

Pendant l’accouchement :

Un accouchement peut être comparé à une épreuve sportive dans laquelle on a besoin de développer une bonne endurance. La préparation à l’accouchement avec la sophrologie vous permettra d’intégrer des outils-réflexes pour relâcher son corps et ainsi récupérer entre chaque contraction.  A l’inverse si l’on reste crispée il sera plus difficile de tenir plusieurs heures la douleur.
Vous pousserez alors plus efficacement tout en restant détendue. C’est de cette manière que le travail et l’expulsion seront favorisés.

 

 

Après l’accouchement

La sophrologie vous prépare à prévenir le baby blues ou le burn-out maternel. Et profiter de votre petit bout sans stress ni angoisse et avec confiance en vous. Cette méthode vosu aide à construire votre nouvelle identité de mère. Elle vous permet d’acquérir votre propre regard sur cette nouvelle responsabilité. Elle favorise également l’acceptation de votre nouveau corps.

 

 

La sophrologie est une méthode de référence en périnatalité:

La sophrologie a démontrée son efficacité dans la gestion du stress, des émotions et de la douleur et pourvois aider à accepter ses modifications corporelles.

Vivre sereinement votre grossesse afin de traverser cette période unique au mieux en harmonie avec son bébé

Elle vous aidera également à avoir confiance dans votre capacité à mener votre accouchement positivement. Un moteur puissant pour dépasser les moments désagréables ou les craintes.

 

Choisir d’être actrice de son accouchement est la meilleure manière de bien le vivre. La préparation à l’accouchement avec la sophrologie vous apportera des outils que vous aurez pris le temps de bien intégrer pour le jour J !